Navigation Menu+

Industrie pharmaceutique : pourquoi connait-on une pénurie de médicaments ?

Cela fait maintenant une décennie que les pénuries de médicaments persistent, pas seulement en France, mais aussi dans de nombreux pays européens, et commencent à affecter gravement différents secteurs. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) estime que bientôt 1 200 traitements ou vaccins connaîtront des situations de crise face à cette rupture d’approvisionnement de médicaments. Une étude stipule d’ailleurs que la rupture actuelle est estimée à 60 % de plus qu’en 2018. Une situation alarmante bien que les causes ne soient pas encore totalement justifiées.

Une insuffisance importante de l’offre

Les causes des pénuries de médicaments peuvent être nombreuses, mais selon les observateurs, on retrouve principalement deux causes plausibles. La première concerne la préférence des fournisseurs potentiels à vendre dans des pays qui sont prêts à mieux payer les produits. La deuxième cause concerne la commercialisation de médicaments à bas coûts dans des pays où la demande est beaucoup plus importante, comme le cas de l’Asie du Sud-est.  
On notera également l’insuffisance de l’offre auprès des fournisseurs potentiels, ainsi que les incidents techniques et/ou sanitaires qui interrompent souvent la production sur des périodes importantes. 
Face au problème, le gouvernement a sorti un plan qui consiste à résoudre cette question de rupture de médicaments par une meilleure gestion du circuit depuis les fournisseurs jusqu’aux établissements de commercialisation (pharmacies), ainsi qu’un partage optimal de l’information. Des mesures dont les résultats sont toujours tant attendues.

Les effets du Brexit ?

Il faut aussi savoir que cette pénurie de médicaments pourrait avoir un rapport sur les effets du Brexit. En effet, face à la possibilité d’une sortie sans accord, les établissements pharmaceutiques britanniques préfèrent envisager le stockage de leurs produits afin d’éviter les pénuries de médicaments, ce qui soumet les autres pays de l’Europe à ce problème. D’autant plus que les fabricants britanniques tiennent à vendre leurs médicaments au Royaume-Uni, là où ils peuvent les vendre à des prix beaucoup plus élevés. Bien que cela s’agisse d’un passage transitoire, il affecte quand même la totalité de l’offre en Europe.